Savoirs Silenciés

Informations

Commissaire : Julien Ribeiro

Tarif au choix de chacun et de chacune uniquement pour le POD Arts Visuels (expositions, art contemporain, multi-médias, biomédias…)

0€- 2€ - 5€ - 10€ - 15€ - 20€ - 50€ - 100€

“L'accès à l’art est pour tous, et toutes, et pour chacun et chacune. Les biens immatériels que nous proposons d'aborder sont proprement inestimables : soit leur valeur dépasse tout ce qu'on pourrait estimer, soit on ne peut leur donner de valeur marchande, car les oeuvres créées par les artistes sont destinées à appartenir à tous et toutes, et à chacun et chacune, comme l'air, l’eau, la terre, ou le soleil... Donc, c'est au choix de chacun et chacune, de 0 à 100 euros.”
Texte issu et repris du NTH8 de Lyo

Tous·tes dans le bus ! Destination les utopies à l’extérieur de l’hétéropatriarcat ! Tout le monde est bienvenu car ce n’est pas à une sexualité qu’on cherche à échapper, mais à un régime d’exploitation. Si ce régime est censé privilégier les corps dominants et la structure familiale hétéronormative nucléaire blanche et cisgenre, ne nous voilons pas la face, personne n’en sort indemne. Les attentes qu’il impose sur nos corps, nos expressions de genre, nos affects (amicaux et amoureux) nous incitent peu à peu vers d’autres possibles. Mais
une fois une fois ce pas de côté effectué, où pourrions-nous aller ?
Ce programme Utopie Queer est une invitation au voyage, plusieurs arrêts sont prévus, destination inconnue.

Projections :
• Vendredi 10 septembre à 19h30 – Haïdouc
• Vendredi 22 et samedi 23 octobre à 20h30 Cinéma Saint François (anciennement le cinéma de la MCB)

PROJECTION : Short Bus, 2006, 102 min. 

réal: John Cameron Mitchell

Shortbus suit plusieurs personnages new-yorkais dans leur quête du désir sentimental et sexuel. Ils se retrouvent tous au Shortbus, un lieu hors-norme où politique, art et sexe se mélangent. Le sexe, comme prétexte pour renouer avec l’autre ? C’est ce que propose John Cameron Mitchell : Shortbus est ainsi l’émanation imaginaire d’une sorte de carrefour des turbulences amoureuses ; un espace utopique où se croisent des destinées et où se dénouent des fantasmes.

PROJECTION : Army Of Love, 2016, 40 min 

réal: Alexa Karolinski et Ingo Niermann

L’amour romantique est saturé par la marchandisation. Le principe socialiste sur lequel l’amour libre s’appuie, s’effondre face à la concurrence des désirs . A l’ère des applications de rencontre, la possibilité de sexe libre tend vers la libéralisation, et non la libération. Alexa Karolinski et Ingo Niermann abordent ces questions avec Army of Love (2016), un manifeste vidéo présentant un régiment de soldats d’âges et d’apparences diverses, chargés de résoudre le malaise social persistant de la solitude. La vidéo docu-fiction est une proposition utopique remettant en question les prémisses de base de l’amour et de la justice.

PROJECTION : Born In Flames, 1983, 90 min

réal: Lizzie Borden

L’intrigue implique deux groupes féministes à New York, chacun des groupes exprime ses préoccupations au public par des radios pirates. Un groupe, dirigé par une lesbienne blanche franche, Isabel (Adele Bertei), fait fonctionner « Radio Ragazza ». L’autre groupe est dirigé par Honey, une Afro-Américaine qui anime l’émission radio « Phœnix Radio ». Il y a également une armée de femmes, dirigée par Hilary Hurst et conseillée par Zella à laquelle Honey et Isabel refusent de se joindre, dans un premier temps… un classique du New Queer Cinema qui s’il ne présente pas une utopie, nous montre l’énergie que l’on peut déployer pour un monde meilleur. Des féministes lesbiennes élaborent des réponses multistratégies contre l’hétéropatriarcat par le biais d’une analyse du racisme et de la pauvreté, débattant des liens et des ruptures entre organisation communautaire, travail à l’intérieur des systèmes, alliances entre les sexes et les races, mais aussi résistance armée.

PROJECTION : Community Action Center, 2010, 69 min

réal: A. K. Burns et  A. L. Steiner

Community Action Center est un film que l’artiste A.K. Burns a conçu, produit, dirigé et monté en collaboration avec A.L. Steiner. Ce projet est une archive d’une communauté intergénérationnelle fondée sur la collaboration, l’amitié, le sexe et l’art. L’œuvre repense comment le sexe et la sexualité sont imagés et imaginés pour des corps marginalisés, en particulier les femmes, les queer et les personnes transgenres. Inspirée par les films du mouvement gay porn-romance-liberation et les pratiques féministes des années 70 et 80, l’œuvre débute avec une récitation du « Normal Love » de Jack Smith. Cette vidéo cherche à exposer et reformuler les paradigmes emblématiques des typologies pornographiques en utilisant des images pour leurs valeurs comiques, leurs considérations critiques et en hommage historique.

PROJECTION : Les rencontres d’après-minuit, 2013, 100 min

réal: Yann Gonzalez

Un jeune couple et leur gouvernante travestie attendent avec impatience leurs invités pour une petite sauterie nocturne dans leur loft. La Chienne sonne la première, avant que n’arrivent l’Étalon, l’Adolescent, et enfin la Star qui aimerait bien que cette partie fine ait lieu dans l’obscurité. Ces personnages très dissonants vont finir par se livrer et se lier. Leurs histoires touchantes vont tout autant les rapprocher que nous les faire aimer. Premier long métrage de Yann Gonzalez, ce film est un film d’amour et de vulnérabilité et de magie. 

 

• Vendredi 19 et samedi 20 novembre à 20h30 – Cinéma Saint François (anciennement le cinéma de la MCB)
• Du vendredi 17 décembre au 19 décembre à 19h – Cinéma Saint François (anciennement le cinéma de la MCB)

DECOUVRIR

Présentation

Nadir

Concerts / spectacles

Espace pédagogique

Haïdouc

Arts multi-medias

Infoshop

Espace Ressources

UrsuLaB

Biolab

Transpalette

Centre d'art

Houlocène

Studio Corps

Usina-son

Studios de musiques

AntreLab

FabLab